C’est drôle – It’s funny

J’ai retrouvé, lors de mon passage à Rome, les doudous de quand j’étais à l’école primaire. Je me rappelais qu’à l’époque ma maman m’avait appris quelques bases de tricot et je croyais leur avoir réalisé un petit pull ou deux, dont j’étais très fière par ailleurs. Quelle n’a été ma surprise quand j’ai découvert qu’il s’agissait carrément d’une demie douzaine de minuscules habits, que j’avais totalement oubliés. Je ne vous dis pas mon émotion devant certains détails, et les efforts au niveau du choix des couleurs et des motifs que mes petites mains d’enfant de 7 ans avaient réalisés pour habiller ces copains de jeux. Quelle sacré voyage dans le temps!

A ce moment-là une pensée m’a aussi traversé l’esprit, comme une évidence: on croit s’inventer de but en blanc, s’en aller décrocher la lune tellement on est original. Puis, on découvre qu’on doit tellement à ses racines, comme une graine qui, tout simplement, se met à pousser quand toutes les conditions sont réunies. C’est drôle, non?

Que votre soirée soit douce, chers amis.

DSC_8378

DSC_8374

DSC_8366

DSC_8370

DSC_8393

DSC_8392

When I was in Rome last week I found back some of my first grade’s favorite stuffed animals. I remember that my mother had taught me some knitting basics and I thought I had made one or two little jumpers for them. You can guess my surprise when I discovered half a dozen completely forgotten tiny garments. Seeing those details, the colors choices and the pattern efforts really moved me. How much time and love 7-year-old me devoted to these play pals. What a time travel! 

There it also struck me that one thinks being totally free to invent one’s life. To be ever so original. Then you discover that you are (so much) your roots too. Like a seed who simply begins to sprout when all conditions are met. And that’s pretty funny, right?

I wish you all a lovely evening, friends.