Papaoutai

Il était une fois une maman qui aimait faire plaisir à ses enfants en leur offrant des cadeaux faits main, avec amour, le soir quand tout le monde était couché et jusqu’à tard dans la nuit. Soucieuse de ne pas faire de jaloux, si elle en préparait un pour sa fille, elle s’empressait de demander à son fils s’il y avait quelque chose qui lui aurait fait plaisir aussi. La plupart du temps, il ne répondait pas ou souriait juste, se considérant sans doute trop vieux pour ce type de cadeaux. Mais un soir, il lui lança tout joyeux: « tu pourrais me coudre…un pyjama Papaoutai…! ». Un pyjama Papaoutai, oui, vous avez bien lu.

A vrai dire, elle ne voyait pas vraiment à quoi il pouvait penser mais, qu’à cela ne tienne, elle ocha la tête avec enthousiasme, convaincue qu’elle trouverait bien quelque chose. Elle s’empressa d’aller faire un tour sur Youtube pour mettre à jour ses références puis, sur son marchand préféré de tissus. Elle attendit que le colis arrive, s’empara en cachette d’un pyjama du grand garçon pour en faire un modèle, puis se mit à l’ouvrage en grand secret, toute heureuse par anticipation d’avoir la possibilité de lui faire plaisir.

Elle mésura, découpa, cousu jusqu’à tard dans la nuit, sans rien dire pour ne pas gâcher la surprise et le lendemain, fatiguée mais heureuse, elle lui tendit sa meilleure interprétation d’un « pyjama Papaoutai » qu’elle venait tout juste de répasser, et attendit avec impatience sa réaction. « Ah merci », fit le garçon, qui visiblement ne s’y attendait pas, puis il l’examina et ajouta d’un air factuel: « le col est un peu large (ce qui était vrai car, faute d’essayage, elle avait eu peur que sa tête ne passe pas), on dirait un pyjama de fille… ». Rideau, lumières.

Sur le moment, elle en fut un peu découragée. Mais, en cette soirée de novembre, cette maman voit soudainement rayonner dans cet échange toute la beauté tragicomique du rôle de parent, qui consiste à aimer ses enfants sans limites pour leur donner les moyens de vous quitter et sa pensée émue s’envole alors vers sa propre mère et toutes les mères de la planète, présentes, passées et futures, qui, pour rendre  leurs enfants heureux, se lancent à coeur perdu dans de telles aventures, si souvent vouées à passer totalement et cruellement inaperçues. Mother power quand tu nous tiens…

Ces magnifiques tissus (Jersey bio banane de chez France Duval-Stalla et Free Spirit Bungalow Esprit Losanges Emeraude) viennent de chez Lil Weasel.

Je vous souhaite une belle soirée, chers amisDSC_0076

DSC_0072

DSC_0002

DSC_0070

Once upon a time there was a mother who loved to make her children happy with homemade presents that she created for them, often late into the night, when everybody is asleep. She was careful to treat them equally so whenever she was working on something for her daughter, she would ask her son if there was something that would make him happy too. Usually he would not answer and just smile, thinking he was too old for such presents. But one night he said to her: « well…you could sew me some…Papaoutai* pajamas! » (yes, you got it right).

She didn’t have much of a clue but nodded enthusiastically thinking she’d figure it out. So off she went to check You Tube for proper references then to her favorite online fabric store. Once the much-expected supplies arrived, she stole one of the teen’s pajamas to use as a pattern and started working under cover, so happy to have a chance to make him happy.

She measured, drew, cut and sew until late at night making sure to keep the whole thing secret to surprise him. The following morning, tired but happy, she went and offered him her just-ironed best shot at « Papaoutai pajamas » and waited impatiently for his reaction. « Oh thanks » uttered the teenager, who didn’t seem to have second-guessed it. He looked down and said matter-of-factly: « the neckline is a bit wide (which was indeed true as she had feared that his head would not pass through for lack of proper measurements ), looks like a girl’s pajamas… » Ouch.

At that very moment, she was a bit discouraged. But, on this November night dear friends this mama sees all the tragic beauty of parenthood shining there: all the love selflessly given each day just in order to let your children leave you. And so her heartfelt thoughts go out to her own mama and all mamas in the world, past, present and future, all united in such important yet futile and unseen endeavors. Mother power forever love!

These gorgeous fabrics (« Jersey bio banane » by France Duval-Stalla and Free Spirit Bungalow Esprit Losanges Emeraude) come from Lil Weasel‘s store. 

Wishing you a happy evening, friends!

*Papaoutai is the title of one of Belgian singer Stromae’s tubes.

6 réflexions au sujet de « Papaoutai »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s