This moment #18

*Ce moment là*

Un rituel hebdomadaire, inspiré de la rubrique de SouleMama: une photo spéciale, sans (ou parfois avec) commentaires. Un arrêt sur image sur un petit grand bonheur, du quotidien ou extra-ordinaire, que j’ai envie de chérir et garder hors du temps. Si le coeur vous en dit, insérez votre lien dans un commentaire pour que tous puissent le voir.

DSC_8575

*This moment*

A weekly ritual, inspired by SouleMama’s blog. A special picture, without (or sometimes with) subtitles. A unique, everyday or extra-ordinary  delight that I want to record and cherish. If you wish to do the same, do share your link in a comment for all to see.

This moment #17

*Ce moment là*

Un rituel hebdomadaire, inspiré de la rubrique de SouleMama: une photo spéciale, sans (ou parfois avec) commentaires. Un arrêt sur image sur un petit grand bonheur, du quotidien ou extra-ordinaire, que j’ai envie de chérir et garder hors du temps. Si le vouer vous en dit, insérez votre lien dans un commentaire pour que tous puissent le voir.

IMG_3619 - copie

*This moment*

A weekly ritual, inspired by SouleMama’s blog. A special picture, without (or sometimes with) subtitles. A unique, everyday or extra-ordinary  delight that I want to record and cherish. If you wish to do the same, do share your link in a comment for all to see.

This moment #16

*Ce moment là*

Un rituel hebdomadaire, inspiré de la rubrique de SouleMama: une photo spéciale, sans (ou parfois avec) commentaires. Un arrêt sur image sur un petit grand bonheur, du quotidien ou extra-ordinaire, que j’ai envie de chérir et garder hors du temps. Si le vouer vous en dit, insérez votre lien dans un commentaire pour que tous puissent le voir.

image

*This moment*

A weekly ritual, inspired by SouleMama’s blog. A special picture, without (or sometimes with) subtitles. A unique, everyday or extra-ordinary  delight that I want to record and cherish. If you wish to do the same, do share your link in a comment for all to see.

Marcovaldo

Quelle n’a été ma surprise, ce dimanche, quand une copine m’a proposé de la rejoindre pour le brunch dans le Marais, chez Marcovaldo. Comme le magasinier-poète aux idées saugrenues créé par l’immense Italo Calvino, dont plus jeune j’avais dévoré toutes les aventures, entre rires et larmes. Quelle chouette idée. J’étais conquise.

A part la bonne compagnie, la librairie-café Marcovaldo se révèle à la hauteur de son nom poétique. Une déco minimaliste, des livres à acheter, des chouettes illustrations, du personnel souriant (oui, c’est possible). Pour finir, une cuisine saine et inventive mais pas snob, à des prix raisonnables. Un vrai coup de coeur.

Si vous en avez l’occasion, allez-y, ça vaut le détour. Et, bien sûr, courez déjà vous offrir un des livres de Calvino, si vous ne connaissez pas encore, vous me remercierez!

DSC_7601DSC_7603 DSC_7614DSC_7621 DSC_7622DSC_7625 DSC_7626

Last Sunday a good friend of mine invited me to join her for an Italian brunch with some friends of hers. The surprise came when she told me the place was called Marcovaldo. As the poet warehouseman by the huge Italian writer Italo Calvino, whose (mis)adventures had been one of my favorite readings when I was younger. What a cool idea! I was hooked.

Apart from the lovely company Marcovaldo did not disappoint. White walls, books, framed art, nice staff (yes, it is possible). Last but not least, a healthy and creative not-too-posh not-too-pricey  menu. A bit hit. 

So if you’re strolling around the Marais, go give Marcovaldo a try, you’ll not regret it. And of course, hurry up and buy yourself some of Calvino’s literature already, you won’t regret it either. Enjoy!

Quand il faut rentrer – When it’s time to go back

J’avais l’intention de passer par ici plus tôt pour vous souhaiter la bonne Année. Et puis il s’est passé que ce n’est jamais facile, après des vacances en Italie, de rassembler toutes nos affaires, dire au-revoir et monter sur un avion pour rentrer. 24 heures avant et après, au moins, je suis en état de veille. Le jour, pas de grands états d’âme: je range, je nettoie, je m’affaire. Mais quand vient le soir, impossible de trouver le sommeil. C’est pareil à chaque fois, tous s’endorment et je reste là, à regarder le plafond au son du tic-tac d’un réveil lointain. Dans ma tête défilent les choix que j’ai faits, toutes les contraintes de mon quotidien, celui plus tranquille de mes amis d’antan. Peut-être qu’une petite larme coule sur ma joue, pleurant ce que je n’ai pas eu, les choses qui me manquent, le temps qui passe et qui ne reviendra plus. Et puis, progressivement – je le sais, c’est ainsi à chaque fois – à côté de ces images qui me rendent un peu triste, surgissent devant moi les petites grandes conquêtes réalisées ici et dont je suis fière, le chemin que j’ai parcouru, les petits bonheurs du quotidien.

Pendant que le réveil tique les heures, ces pensées m’entraînent dans des montagnes russes, du rire aux larmes et vice-versa. La nouveauté est que je suis dedans, mais de plus en plus, à une certaine distance. Je sais que je (ré)découvrirai que parfois j’ai été naïve et j’ai manqué de confiance en moi. Je m’attends à voir qu’il y a bien sûr des situations qu’aujourd’hui j’aborderais différemment. Mais, dernièrement, je découvre que j’ai également été forte et courageuse, que j’ai toujours suivi mon cœur et  j’ai fait au mieux avec les moyens du bord. Et puis c‘est cette suite de choix, petits et grands, qui m’a menée jusqu’ici, à ce point de ma vie, où j’ai plein de rêves à réaliser encore, mais je suis résolument plus proche de celle que j’avais envie d’être. Cette nuit blanche peut bien m’arriver donc, elle ne m’affole plus comme avant. Je garde mon calme et j’attends. Parfois plus vite, parfois au petit matin, le moment viendra où ce grand manège s’éteint et je me sens en paix avec (jusqu’à la prochaine fois, bien sûr). Alors, je m’endors, comme les autres, un peu sonnée certes, mais soulagée. Prête à rentrer.

Que votre Année 2014 soit pleine de petits grands bonheurs à chérir et partager, chers amis. Voici comme promis quelques images de notre séjour, même si, hélas, le soleil n’a pas été souvent au rendez-vous on a passé de chouettes moments. A vite, avec une petite recette de crumble aux pommes express – en version sans gluten et sans laitages, pour les intolérantes comme moi!

copia foto 2014.01.08 022

copia foto 2014.01.08 024

copia foto 2014.01.08 018

copia foto 2014.01.08 060

copia foto 2014.01.08 051

copia foto 2014.01.08 074

1. Un obélisque  au milieu d’un parc romain/ Meeting an obelisk in a Roman parc 2. Un peu de science pour les petits chez Explora / Some science for kids at Explora 3. Les pins de Rome / Rome’s pines 4. J’aime son sourire / I love his smile 5. Le traditionnel ballon des fêtes acheté à Piazza Navona / The traditional holidays’ balloon bought at Piazza Navona 6. Un excellent bistrot de la campagne toscane uhmmm…./ the yummiest countryside restaurant in Tuscany oh my 7. Frère et sœur qui jouent à l’aquarium de Livourne, j’adore / Siblings having fun at Leghorn’s sea world, love love love 8. Soleil et mer pour notre dernier jour en Italie / Sun and sea for our last day in Italy.

I had planned to come here earlier to wish you all a happy new Year. But it’s never easy when after a long stay in Italy it comes to packing things up, saying our good-byes to the loved ones and boarding a plane. At least 24h before and after I’m on remote control. During the day I’m busy with cleaning up and sorting things. But when the night comes I can’t fall asleep. Everybody goes to bed and I lie awake staring at the cieling while the clock ticks away. My mind is flooded with the choices I’ve made, my everyday hectic routine and my ancient friends’ cooler one. Maybe a tear or two will flow, mourning what I don’t have, what I’m missing, the time that won’t come back. But slowly – and I know, because it happens every time – other images pop up next to these which make me sad. The small big accomplisments I’ve made here, of which I’m proud. The long road travelled ever since. My little everyday delights. 

 The clock will tick the hours away and these thoughts will take me on a roller coaster from tears to laughing and viceversa. But there is something new. I’ll be into it, yet more and more at some distance. I know I’ll (re)discover that I’ve been naïve a few times and lacked self esteem. That there are definitely situations I would deal differently with now. But lately I’m discovering that many times I’ve been strong and brave too. I’ve always followed my heart and I did the best I could with what I had on hand. Most of all, it’s this whole set of choices, little or big, that led me right where I stand now, with many dreams yet to fulfill but surely closer to the person I wanted to be. Thus, this sleepless night doesn’t upset me like it used to. I just wait for it to pass by. Sometimes sooner, sometimes closer to dawn – the roller-coaster ride will be over and I’ll feel at ease (until next time, of course). Then, I’ll fall asleep, tired but relieved. Ready to go back.

May your new year be joyful and bring you what you wish for, friends. Here are some pics from our holidays in Italy, the sun was not often there unfortunately but it was fun anyway. I’ll be back soon with a yummy apple crumble recipe which can also be made gluten and dairy free, oh yes.

Préparer Noël – Making Christmas

Bien sûr il y a  le sapin, les lumières et les cadeaux. Mais mon Noël ne serait pas le même sans la Crèche. Cette tradition, typiquement italienne, est un fil rouge qui court depuis mon enfance, quand nous préparions la nôtre avec ma maman. Que j’aimais ce jour où la grande malle en bois s’ouvrait pour en ressortir les personnages et les petits animaux soigneusement emballés depuis l’année précédente! C’était à ce moment précis, bien avant que les jours du calendrier aient une signification concrète, que je savais que Noël était proche.

Il fallait faire de la place sur l’étagère, disposer les livres pour faire les montagnes, le papier dessus pour qu’elles prennent forme. Ensuite, décider où placer chaque personnage, les petites maisons là haut sinon elles sont trop petites, puis les lumières, la mousse, l’étalage de la marchande avec les petits légumes qu’on avait modelés nous mêmes. La mangeoire entre Marie et Joseph restait vide jusqu’au 25 matin, quand nous y déposions le petit Jésus. Chaque jour je regardais ce vide au milieu de la fête des lumières qui clignotaient et des personnages affairés chacun à son activité. Je déplaçais les rois mages, petit pas par petit pas, et je comptais les jours qui me séparaient de la naissance de cet enfant spécial – non pas en tant que Sauveur comme on me l’apprenait au catéchisme, bien sûr, mais en tant que nouveau-né, comme je l’avais été aussi, car chaque naissance est un peu un miracle en soi. C’est en ce sens avant tout que cette histoire me paraît belle et universelle et c’est ainsi que je l’ai racontée à mes enfants.

Depuis, je suis la gardienne de cette tradition dans ma nouvelle famille. Nous installons notre crèche ensemble et elle s’agrandit au fur et à mesure avec des petites acquisitions que nous faisons à Piazza Navona (un fontaine, l’année dernière!) ou de nouveaux bricolages. Cette année, pour la première fois, Gabriele a voulu commencer à installer le décor, à sa manière, tandis que sa sœur suivait attentivement. Je les ai regardés faire, pour la première fois spectatrice, heureuse et un peu émue dernière mon objectif.

Que votre veillée de Noël soit pleine de lumière et de joie, en compagnie de ceux que vous aimez, chers amis.

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

There is the tree,the lights and the presents of course. But Christmas for me wouldn’t be such without the Creche. This tradition takes me right back to when I was a child helping my own mother to make ours. How I loved the day when we would open the wooden trunk to fish out all the ornaments! That’s when Christmas time would begin for real.

We had to make room for the creche on the bookshelf. Arrange books to make the mountains and cover them with paper. Then it was time to decide where to put each character, the little houses and the lights, the moss, the grocery stand with our homemade vegetables. The manger between Mary and Joseph would remain empty until the 25th when we would lay little Jesus in it. How I longed for his birth as each day I would stare at that empty spot in the middle of the creche so full of lights and life. Of course I didn’t wait for any Savior as I was taught. I just waited for a newborn baby, just like I had been. Because each birth is a little miracle in its own way. In this respect this story seems universal to me and that’s how I’ve taught it to my children.

Now I’m the keeper of this tradition in my own family. We build our creche together each year and it gets bigger with new little details we buy in Piazza Navona (a fountain last year!) or make ourselves. This time, Gabriele’s taken the lead in setting things up while his sister followed closely. For the first time I got to stand by and watch, happy and moved more that slightly behind my camera.

May your Christmas  be merry and bright with those you love, dear friends.