7

DSC_0120DSC_0106DSC_0114DSC_0054DSC_0056DSC_0103DSC_0102DSC_0109DSC_0099DSC_0101DSC_0052DSC_0045DSC_0138DSC_0140

So it’s 7.

Seven years since the day I felt a tiny sting in my bosom while catching the bus and I thought « that’s it ». As I sat down because I had a long journey ahead, I looked out of the window and took a mental tour of all the things I had to take care of; the maternity carry-on, your brother’s activities and little gift, dinners in the fridge. Before telling anyone that it was it, I slowly carried my huge belly to some grocery-shopping and through all those tiny to-be-finished tasks. And all the while I whispered to you « hold on love, just a little bit longer, I’m almost ready » and to myself « hold on to this moment, before your world changes forever again, don’t miss a bit of it ». You listened to me, you know. It was not until everything was done that the pain grew stronger and the waters broke and we rushed in the car, my breathing more ad more ragged, the pain reaching its highest peak, the doubt, the fear, breath in, breathe out, you can do it, you’ve done it before, just lean in, the friendly voices cheering, we’re almost there, then my world stood still, unique incomparable wonder, meeting your eyes wide open as you were lying on my womb. 

7 days since that day, my joy fairy, my little bird. It feels like yesterday yet forever. For me, you’re always that tiny newborn, almost not crying and spending the night teaching my breasts how you want to be fed. But I know you’re growing up and, not so far away, the day will come when I’ll no longer be the center of your universe. I’m overjoyed to see you grow and become your own person, with your tastes and personality. But I would lie if I said that in this mama’s heart, who cradeled you, as your brother, each day ever since you were born, there is not also a pinch of apprenesion thinking about this. Thank god, there is a remedy. A panacea for this melancholia: seeing you happy and laughing. 

Happy birthday sweet fairy,

may all your future days be filled with such joy and wonder.

DSC_0077

 

A little mermaid birthday party

Six ans. Six fois que nous avons fabriqué des petites invitations pour ton anniversaire. Je n’en reviens toujours pas. Mais voilà, c’est fait; des photos le prouvent.

Tu voulais être une petite sirène, alors nous sommes allées choisir les tissus ensemble au Marché Saint Pierre. Puis j’ai imaginé le décor et le buffet tout autour. A chaque fois c’est pareil, je décide d’en faire moins puis je me laisse prendre la main car, pour tout te dire, je m’amuse vraiment beaucoup. Je me suis demandée, d’ailleurs, si ma maman s’amusait autant quand elle organisait nos fêtes d’anniversaire. Il y a plein de choses comme ça qu’on ne découvre que quand on passe de l’autre côté du miroir, tu sais…

En tout cas, te voir virevolter dans ton déguisement, danser et rire heureuse avec tes copines m’a rempli le cœur de joie. Joyeux anniversaire ma petite sirène jolie, ne grandit pas trop vite quand même d’accord?

mermaid1

sirena24

sirena4

sirena5

sirena26

sirena28

sirena6

sirena 2

biscotti

sirena18

sirena29

sirena30

sirena22

sirena31

Six. The sixth time that we’ve handed out invitations for your birthday party. I still cannot believe it. But we did, it’s on camera.

You wanted to be a little mermaid so we went fabric shopping all the way to the Marché Saint Pierre. Then I’ve imagined the sweet table and party decoration accordingly. I had wowed to myself to do less but- guess what – I ended up making a lot because, well, it’s so fun. By the way I found myself wondering if my mother had so much fun preparing our birthday parties. There are things like these, you know, which you only guess when you step on the other side of the mirror…

Anyway, seeing you parading so proudly in your new costume, laughing and dancing with your friends just filled my heart with joy. Happy birthday my sweet little mermaid. Don’t you grow up too fast, okay?

* Le buffet était composé de: cake pops à la vanille version méduse et petit plongeur; sablés au citron en forme d’étoile avec du glaçage royal blanc et violet; cupcakes à la vanille façon mer des tropiques; petits poissons en chocolat (achetés tout faits); une génoise vanille-fraise façon Château de sable de la sirène. Et un mini aquarium de fortune, juste pour le clin d’œil!

* The sweet table was made of: vanilla jelly-fish/little-diver cake pops; lemon sugar-cookie stars with homemade white and purple icing; vanilla tropical-sea cupcakes; (store brought) fish chocolates; a vanilla-strawberry sponge sandcastle birthday cake. And a fake little aquarium just for fun!

Et de deux – I did it again

Cette semaine était marquée par des sessions nocturnes de pâtisserie intensive pour la fête d’anniversaire du grand garçon. J’avais un peu la pression de par son âge et la difficulté de créer un univers ludique et coloré pour un pré ado, exercice nettement plus difficile que pour une petite fille. Inutile de dire que j’étais très soulagée quand j’ai vu les enfants s’étonner devant le buffet et, surtout, se remplir les assiettes à plusieurs reprises.

image

This week there was an intensive night-time baking going on in my kitchen for the birthday party of my 12 year-old son. I was a bit under pressure because of his age, knowing that it’s not as easy to satisfy a teen as a little girl. Still, I wanted to take a chance and create a colorful atmosphere for the party. You can imagine how pleased I was when I saw him and his pals rushing on and off the buffet with huge plates of sweets.

image

Après de longues cogitations très amusantes, j’ai préparé:

– des cake pops au chocolat, glacés au chocolat blanc et décorés de plusieurs manières (rentabiliser est ma devise):

After many enjoyable cogitations, I came up with:

–  chocolate cake pops with white chocolate covering and multiple decorations (how to make the most out of one single batch)

image

image

– des glaces surprise, d’après une idée vue ici:

–  fake icecream cones, which were inspired by this:

image

soit, simplement, des meringues faites maison (mais on peut aussi en utiliser des toutes prêtes) collées avec un peu de glaçage royal sur de cornets à glace remplis de smarties. Un vrai succès auprès des enfants!

In fact, this is quite simple to do: just buy some ice-cream cones and fill them up with whichever candy you want then cover with home- made (like mines) or store-bought meringues, super easy and fun!

image

– des sablés au citron découpés en forme de frites dans leur petit pot individuel (très vite disparus):

– simple lemon sugar cookies cut out as French fries, in individual cup-cake liners (such a big hit):

image

– des cupcake-hamburgers inspirés de ceux de Bakerella:

burger cupcakes, as by cake-pop gouru Bakerella:

image

Pour ma part, j’ai préféré faire un cupcake « à l’envers », avec le glaçage à l’intérieur, plutôt que d’utiliser de la pâte à sucre, qui, à mon sens, n’a pas beaucoup d’intérêt au niveau du goût. Donc j’ai réalisé des cupcakes à la vanille pour le pain, préparé des brownies-steaks avec la même pâte que les cake pops (rentabiliser c’est ma devise, je disais); ajouté du mascarpone coloré en vert pour la salade et un tour de stylo gel rouge  pour le ketchup. En réalisant chaque étape à l’avance et l’assemblage le dernier jour, c’était très facile, très bon au goût et les enfants ont adoré!

I chose not to use fondant for filling as I’m not a big fan of its taste. Therefore my burgers were made of: plain vanilla cupcakes cut in two, filled with brownies (again, just some of the cake-pop chocolate batch baked in small cercles), green-coloured mascarpone for the salad and a hint of red piping for the ketchup. The kids truly loved this!

image

– des sablés au citron décorés au glaçage royal bleu et blanc:

– plain lemon sugar cookies decorated with home-made blue and white royal icing:

image

– des fraises, du pop corn maison et des petites bouteilles de coca avec des pailles blanches et  rouges

– home-made pop corn, strawberries and coke bottles with red striped paper straws

image

– et, last but not least, après le gâteau terrain de tennis de l’année dernière, le gâteau piscine, qui a bien fait rigoler les enfants:

– last but not least, after last year’s tennis-court cake, the swimming-pool cake! The kids loved it so much:

image

Le gâteau, était composé de deux étages, un à la vanille et l’autre parfumé à la fraise, farcis et recouverts d’une crème nutella/mascarpone/billes de chocolat. Au niveau décoration, ça a l’air compliqué, mais c’est assez simple grâce au piping gel qui donne un effet trompe l’œil impressionnant. En effet, j’ai juste eu à créer un carré avec le fameux piping gel coloré en bleu sur mon gâteau recouvert de pâte a sucre, des gaufrettes tout autour pour faire les tomettes, et le tour était joué. J’ai ajouté quelques petits détails en  pâte d’amande et pâte à sucre (qui ont été très vite croqués) et je me suis amusée à faire des éclaboussures d’eau ici et là. Franchement, un des gâteaux avec le meilleur ratio temps/effort/résultat que j’ai pu faire.

I am very proud of myself for coming up with this cake. In fact, it was far less difficult than it may seem and a big hit; what else can you ask for? I just baked two vanilla sponge cakes and filled them with a mascarpone and hazelnut chocolate crisp cream. I crumb-coated it with the chocolate filling (less the crisp) then with fondant. With some piping gel teinted in blue I outlined my swimming pool, put the wafers into place, then filled the inside with a decorating tip. Just as simple and it really does the trick! I only had to add a few gum paste and almond fondant details and it was it. One of the best-looking with not-so-many-hours-of-decorating cakes I have ever made.

image

J’espère que ce nouvel univers vous plaira, autant qu’à mon fils et à ses copains.

Pour ma part, je me suis vraiment amusée à le réaliser

(d’autant plus que je n’ai même pas eu d’incidents de cuisine).

Sur ce, je vous souhaite une douce nuit

et je vais me coucher,

il me faut une bonne dose de sommeil,

sans rêves de pâtisserie!

***

Hope you’ll enjoy this sweet table as my son and his friends did.

I had indeed a very nice time setting it up

(especially since I had no bad surprises...)!

And now I wish you all a lovely night

I need a full-night sleep

without baking (or baking dreams! ).

Leave me a comment if you wish more details.

Quelques (nouvelles) douceurs

Jusqu’ici la mode des cake pops m’avait laissée assez indifférente parce que je trouvais que pour joli que le rendu puisse être, la réalisation des boulettes de pâte, une à une, devait être très longue, et le jeux ne valait pas la chandelle. Mais, quand j’ai vu des moules à cake pop bradés, juste quelques jours avant la fête de Chiara, j’ai décidé de me lancer et, ma foi, je n’ai pas regretté: ce fut un vrai succès.

image

Ce qui est chouette avec les cake pops, c’est que ça fait de l’effet et on peut bien s’amuser avec la décoration, sans besoin de grand chose. Et puis, ce n’est qu’une bouchée ou deux, c’est parfait pour un goûter d’anniversaire ou sweet table, comme on dit maintenant. Pour la fête de Chiara, on en a fait deux versions: une plus enfantine, tête en haut, plantée sur un support en mousse, et une plus sérieuse, tête en bas.

image

Si ça vous tente d’en réaliser, voici la recette:

Pour 16 cake pops au chocolat (de la taille d’une grosse noix) il vous faut:

90g de beurre

90g de chocolat noir

2 oeufs

90g de sucre

50g de farine

1 sachet de sucre vanillé

200g de candy melt au goût de votre choix (on avait choisi vanille et fraise)

ou bien de chocolat de couverture

un moule à cake  pops (regardez dans les solderies!)

des bâtonnets à cake pops (ou des pailles)

Préchauffer le four à 180°. Faire fondre le chocolat et le beurre au bain marie et travailler les œufs avec le sucre et le sucre vanillé. Ajouter la farine tamisée et le mélange beurre-chocolat un peu à la fois. Prenez votre moule, remplissez-en la moitié inférieure et refermez bien le couvercle. Vérifiez au bout de 15 minutes de cuisson. Laissez refroidir sur une grille.

image

Pendant ce temps, faire fondre le candy melt, toujours au bien marie (on peut sûrement utiliser aussi du chocolat de couverture, le rendu ne sera peut être pas exactement le même, je n’ai pas essayé). Préparer des grands verres ou un bloc de mousse recouvert de papier alu ou cuisson, pour faire sécher les cake pops tête en haut et/ou une assiette recouverte de papier cuisson pour ceux qui sont tête en bas.

Ensuite, on trempe chaque bâtonnet dans un peu de chocolat et on l’enfonce à moitié dans un cake pop. Laisser prendre au frigo quelques minutes. Puis, il faut tremper chaque cake pop dans le chocolat, égoutter délicatement l’excédent en faisant tourner le cake pop sur lui même et mettre à sécher. Si vous voulez coller des petits sucres ou autres c’est maintenant. Laisser sécher quelques heures et c’est prêt! Facile non?

Avec Chiara, nous nous sommes amusées à créer des petites bestioles…(désolé, je n’ai pas eu le temps de les photographier autrement qu’avec Instagram qu’elles étaient déjà finies!)…

image

et des cake pops plus classiques…

image

Les possibilités sont virtuellement infinies, il suffit d’avoir un peu d’imagination. C’est vraiment ludique, rapide et ça fait son bel effet, quoi demander de plus?

Morale: si, comme moi, vous trouvez des moules pas chers, achetez-les, vous ne le regretterez pas.

❤❤❤

Les bâtonnets, les sucres papillons et les candy melts proviennent de chez Themadeco.

Les petits sucres dorés, les mini chocolats et les mini marshmallows se trouvent en grande surface.

J’ai planté nos cake pops dans la mousse recouverte de papier d’un ancien bouquet de roses

…et fin (coeur de joie)!

image

Avant de vous en donner la recette, voici, comme promis, le final de la laborieuse réalisation de ce gâteau angélique. Je ne m’épargne rien, mais il y a un happy  ending et c’est tout ce qui compte. Et puis, j’espère bien que, grâce à mes conseils avisés, vous pourrez le refaire puisqu’au final il était vraiment délicieux et plutôt joli, je trouve.

Petit ré-cap oblige: à la veille de la fête, pour la deuxième soirée de suite, je me couche à pas d’heure à cause de charmants coups de scène pâtissiers (voici les épisodes I et II). Quelqu’un de moins persévérant aurait tout jeté à la poubelle. Mais je n’allais pas non plus permettre à quelques œufs et à un paquet de farine de me gâcher la journée. Et puis, la chair-de-ma-chair-que-j’ai-porté-en-mon-sein-pendant-9-mois-et-allaité-12-mois-de-plus  attendait un beau gâteau, réalisé par sa MAMÔÔN. Je ne pouvais quand même pas la décevoir en jetant l’éponge et en me ruant à la pâtisserie du coin, non? (…Si?) NDR: Soit dit au passage, chère lectrice pâtissière, ceci nous mène à ce constat hilarant: si, par une heureuse coïncidence des astres et de tes humbles talents démultipliés par ta bonne volonté de bien faire, tu réussis une (seule) fois un beau gâteau à (un de) tes enfants, prends garde! Ensuite, sache-le, il te faudra juste être à la hauteur…pour toujours (et pour chacun d’entre eux bien sûr, sinon bonjour les jalousies). Alors qu’avec des gâteaux bien ratés, tu seras à jamais pépère dans ta cuisine même avec un quatre quarts à moitié brulé. Tu vois un peu l’injustice? Le choix Hamletique? Bon, ensuite, si tu veux persévérer sur le chemin de ta perdition, ne dis pas que je ne t’avais par prévenue.

Donc, disais-je, je découvre à minuit que ma pâte à sucre, dont je me voulais même pas me servir au départ, est bonne pour la poubelle du coup le lendemain, samedi, levée aux aurores pour faire d’abord ce que j’aurais voulu faire avec calme pendant la matinée et, à dix heures, en route pour l’incontournable Mora. Je m’arrête acheter de tickets au métro, musique à fond dans les écouteurs pour me motiver, et vite vite sur le quai que le planning est serré .

Soit dit au passage, Mora, c’est un peu la caverne d’Ali Baba de ceux qui aiment la cuisine et la pâtisserie et il me faut un grand effort pour essayer de rester concentrée sur mon but et ne pas acheter la moitié du magasin. Heureusement que les prix vertigineux sont là pour me décourager et je ne laisse dans mon panier que des petites bougies pastel et un feutre or (l’indispensable, en somme). Seul hic, la vendeuse n’y comprend rien en pâte à sucre, et, vu les circonstances, c’est quand même bête. Mais, j’ai compris que c’est une caméra cachée désormais, je ne vais pas leur donner satisfaction et me laisser filmer en train de faire un esclandre (non non et non). De toute façon, ça ne peut pas être si dur; il n’y a que deux marques, dont une que je ne connais pas du tout et la Wilton. J’opte pour celle-ci qui devrait être de bonne qualité vu que c’est un peu leur fond de commerce.

Je n’y ai mis qu’une petite demi-heure, je suis fière de moi et je me dirige à la caisse tout sourire. Ça fait vingt euros me lance la caissière, tout sourire à son tour. Je plonge dans mon sac pour en sortir mon portefeuille et ma carte bleue mais RIEN. Le portefeuille y est, mais pas la carte. Je réfléchis: je l’ai sortie tout à l’heure…pour acheter des tickets de métro…non, je n’ai quand même pas pu…si? Illumination: je l’ai laissée dans le distributeur (si si). La caissière me regarde en comprenant mon double souci; je peux vous faire un chèque, je lui réponds, pleine d’espoir? Ah non, je regrette, cb ou espèces, dit-elle d’un air de regret. Grand moment de solitude chez Mora parce que souvent je n’ai pas (du tout) d’espèces. J’ouvre alors la fermeture éclair de mon portefeuille, pleine de résignation à mon triste sort et j’entrevois pile un billet de 20€, soulagement! A cinquante centimes près, j’étais cuite, enfin un peu de chance!

Vite, je prends mon (précieux) sac et je file dans le métro pour rentrer à la maison, pourquoi pas, récupérer ma carte au passage si ma bonne étoile m’assiste – oui, je l’ai retrouvée, quelqu’un d’honnête l’avait déposée au guichet. Juste, alors que l’heure tournait et il était déjà midi passé, on m’a fait attendre des heures pour remplir tout un tas de formalités.

Et là, c’est fini, vous vous dites peut-être; elle est rentrée à la maison, a étalé sa pâte à sucre et voilà le joli gâteau. Et non: il nous reste encore un beau, dernier, juteux rebondissement dont je ne vais quand même pas vous priver!

Parce que oui je suis rentrée à la maison, j’ai re(re)ssorti mon attirail de pâtisserie et j’ai commencé à étaler cette bénie pâte à sucre. Mais dire que j’y suis bien parvenue serait un peu abusé.Au bout d’un quart d’heure que je la malaxe et que je me fais des muscles en béton avec le rouleau à pâtisserie, elle daigne (enfin) s’étirer à une taille à peu près convenable. Je la pose sur le gâteau et je commence à la lisser pour qu’elle adhère bien aux côtés. Or, si ce passage est un peu délicat, normalement il suffit que la pâte soit bien souple et qu’on tire délicatement de tous les côtés pour qu’elle s’étire très aisément, sans problèmes majeurs. Si, en revanche, votre pâte à sucre n’est pas souple (et c’était le cas, vous l’avez compris) dès que vous la posez sur le gâteau, elle refuse de s’étirer et préfère se fissurer (des fissures? des canyons que je vous dis) juste en dessous du bord supérieur qui lui oppose résistance. Graaand moment de solitude dans ma cuisine. Pas le temps de racheter une autre pâte à sucre, trop tard pour aller chercher assez de pâte d’amande ou mettre du chocolat (qui ferait fondre le beurre), la débâcle en somme. Et c’est là, au fond du fond du trou, que j’ai pensé aux plumes des invitations et au fait que, si par chance, elles voudraient bien coller à la pâte à sucre avec un peu d’eau, j’avais peut-être trouvé une issue.

Et le voici, ENFIN, le happy ending promis: tellement que la pâte était raide, elle n’a eu aucun souci à être un peu mouillée et, au fur et à mesure que je collais les plumes, je me suis prise au jeu et j’en ai mises un peu partout, pour fabriquer un nid-nuage tout doux pour la petite fée que j’avais repérée il y a quelques mois.

image

Ce qui est extraordinaire dans toute cette histoire c’est que, sans le faire exprès (c’est la moindre des choses qu’on puisse dire), je suis retombée pile dans le thème de la fête, avec la symbolique de l’oiseau et de son envol, les nids de meringue, les petits œufs, le rose pastel…

image

image

image

Du coup, le tout créait un ensemble joliment coordonné et la petite destinataire de la fête en a été vraiment heureuse. Inutile de dire que son regard plein de joie a effacé (enfin, presque) toutes les mésaventures rencontrées.

Morale de l’histoire? Le hasard vous fait vraiment de grosses frayeurs parfois, mais si vous le suivez jusqu’au bout, il peut vous réserver aussi des belles surprises.

A méditer

et à très vite avec quelques recettes!