This moment #8

*Ce moment là*

Un rituel hebdomadaire, inspiré de la rubrique de SouleMama: une photo spéciale, sans (ou parfois avec) commentaires. Un arrêt sur image sur un petit grand bonheur, du quotidien ou extra-ordinaire, que j’ai envie de chérir et garder hors du temps. Si vous avez envie de faire pareil, insérez votre lien dans un commentaire pour que tous puissent le voir.

DSC_7568

*This moment*

A weekly ritual, inspired by SouleMama’s blog. A special picture, without (or sometimes with) subtitles. A unique, everyday or extra-ordinary  delight that I want to record and cherish. If you wish to do the same, do share your link in a comment for all to see.

This moment #7

*Ce moment là*

Un rituel hebdomadaire, inspiré de la rubrique de SouleMama: une photo spéciale, sans (ou parfois avec) commentaires. Un arrêt sur image sur un petit grand bonheur, du quotidien ou extra-ordinaire, que j’ai envie de chérir et garder hors du temps. Si vous avez envie de faire pareil, insérez votre lien dans un commentaire pour que tous puissent le voir.

DSC_7547

*This moment*

A weekly ritual, inspired by SouleMama’s blog. A special picture, without (or sometimes with) subtitles. A unique, everyday or extra-ordinary  delight that I want to record and cherish. If you wish to do the same, do share your link in a comment for all to see.

L’Aiguille en fête

Vendredi dernier j’ai eu le plaisir de me rendre au salon l’Aiguille en fête grâce à une invitation offerte par les meilleures amies de mes aiguilles circulaires et de ma Brother, j’ai nommé les filles de chez Lil Weasel.

Quel choix! Quel bonheur des yeux! Quelles tentations pour le portefeuille. Je ne savais plus où tourner la tête. Je vous laisse imaginer l’effort pour ne pas acheter tout ce qui me faisait de l’œil, notamment sur le stand Lil Weasel où il y avait un étalage de laines Malabrigo à tomber par terre ( bon bon, j’avoue que je viens tout juste d’en acheter dans un ton ocre magnifique pour mon mystérieux châle Follow Your Arrow en cours).

Je vous laisse avec quelques jolies images et encore merci les filles pour cette chouette invitation.

DSC_7500

Last Friday I was happy to go to the « Aiguille en fête » fair thanks to an invitation which was sent to me by my circular-needles’ and Brother’s dearest friends, aka Lil Weasel’s girls.

What a selection! What a delight for the eyes! How many temptations for my credit card oh my. Given the very high level of temptation, I’m pretty proud of myself that I didn’t buy everything which caught my eye. Namely on Lil Weasel’s stand where there was the yummiest selection of Malabrigo yarns (well well, truth to be told I just bought some in the loveliest ochre shade for the mysterious Follow Your Arrow kal).

Here are a few pics for you to enjoy. And again, thanks for the invitation girls, you rock.

DSC_7501

DSC_7507

DSC_7499

DSC_7492

DSC_7493

DSC_7482

DSC_7515

***

Bon, allez, une dernière pour la route, parce que je l’aime bien. Belle journée.

DSC_7503

Hey, one more  ’cause it’s too cute. I wish you all a lovely day.

Est-ce… // Is it…

DSC_7459

DSC_7467

Est-ce parce qu’il faisait soleil. Ou bien, parce que j’étais contente de voir des bourgeons pousser ou d’aller au salon Aiguille en fête grâce à une chouette invitation.  Ou alors, parce que je trouve que, tout compte fait, j’arrive à me faire respecter dans un contexte professionnel pas facile facile. Peut-être. En tout cas, en passant devant le fleuriste, je n’ai pas pensé acheter des fleurs pour la maison. Non non. Plutôt, je me suis entendue penser: « Allez, achète-toi ce joli bouquet, tu le mérites ». Et bien, vous savez quoi? Le plus j’y pense, le plus je trouve que…c’était drôlement bien dit.

Beau week-end, les amis, profitez-en; vous le valez bien, n’est-ce pas.

DSC_7471

Is it because the sun shone today. Because I was happy to see blossoms around or to have tickets for a craft fair. Or maybe because I felt that, all in all, I’m able to get some respect in a rough professional environment. Maybe. Anyhow, when I walked by the flower shop, I didn’t think about buying flowers for the house. Nope. I thought: « Hey girl, go ahead and buy yourself that cute bouquet, you deserve it! ». And you know what? The more I think about it, the more I think… it was swell.

Enjoy your week end friends ’cause you deserve it.

Déjà? – Already?

Le mois de février // les déguisements de Carnaval // très vite derrière les fêtes d’anniversaire des enfants // le mien // un spécial, celui-ci // déjà? // ça change rien, mais quand même // une jolie fête oui! // revoir les vieux amis // et si? // des souvenirs // des questionnements // des envies! // les enfants qui grandissent // les moments qui passent // et puis // et puis// et puis…

Inspirer maintenant. Expirer. Ralentir.

Profiter de toutes les possibilités prêtes à éclore, là, à porté de la main.

Belle semaine chers amis, qu’elle vous soit douce.

image84.jpg

February // dress-ups for the Carnaval // very soon behind the kids’ birthday parties // mine // a special one // already? // it doesn’t change anything but still // yes, a nice party! // good old friends // and if? // memories // questioning // projects // the kids growing up // times which won’t come back // and // and// and…

Breathe in now. Breathe out. Slow down.

Enjoy all the possibilities unfolding right here, at hand’s reach.

I wish you all a lovely week friends.

 

Un dîner…diabolique – A…fiendish dinner

Les convives: Le pré-ado, assorti de mèche sur les yeux et T-shirts manches courtes en plein hiver, de plus en plus boudeur de repas qui contiennent « trop de choses » (lire: légumes). La petite fille, les cheveux souvent en pagaille, qui dessine dessine dessine et/ou chante chante chante, et qui commence, hélas, à être atteinte du même syndrome que son grand frère. La mère, qui, tous les soirs (oh l’ingénue), s’efforce de composer des menus variés et équilibrés qui puissent, tant qu’à faire, être mangés par ses enfants.

Le décor: un appartement parisien (mais ça pourrait être n’importe où), à l’heure de préparer le dîner, un soir où le père de famille rentre tard et on ne l’attend pas.

Prologue: après avoir récupéré la petite fille à la danse en sortant (passablement lessivée) du travail, s’être arrêtées en route pour faire quelques courses, avoir veillé à ce que le pré-ado  décroche de sa console/portable/télé et se mette aux devoirs et que la petite fille prenne son bain, la mère se retrouve seule, dans sa cuisine, ouvre les placards et formule cette question universelle qui résonne dans des milliers de foyers illuminés, lointains et proches,: qu’est-ce qu’on mange ce soir?

Il y aurait bien des plats dont elle aurait envie, mais qu’eux ne mangeraient pas, soupir. Des plats dont eux auraient envie (comme toujours) mais dont elle n’en peut plus, soupir. La mère cherche alors un repas-compromis-acté car, ce soir-là, elle n’a pas le courage pour éplucher/émincer/cuire pendant une heure pour ensuite les voir faire la moue. Ni la force pour se rhabiller et sortir acheter, que sais-je, du riz cantonais en face. Mais, décidément, ce n’est pas le bon soir car le placard refuse, en plus, de lui fournir les bons ingrédients (c’est bien connu que les placards sont des êtres vicieux qui vous cachent La brique de sauce tomate que vous aviez pourtant tout juste (ahem) rachetée). Bref, les enfants ne le savent pas, mais un petit drame se déroule dans la cuisine, à quelques mètres d’eux.

C’est alors, à bout de forces et de ressources et d’ingrédients, que la mère se trouve, malgré elle, à voir des mirages d’un dîner absolument démoniaque, contraire à tous ses principes de repas équilibré. Un repas qui (horreur! perdition!) se préparerait en cinq minutes chrono et qui contiendrait si peu de vitamines qu’elle en a les frissons. HAHAHAHA, rire démoniaque! Et pourtant, ce même repas lui apparaît, là, comme Le Messie. Elle le veut et que le diable l’importe.

Mais, il faut l’annoncer aux enfants. Ah. Et là, son enthousiasme retombe immédiatement. Comment leur proposer « ça », après tant d’années à leur expliquer les bienfaits des céréales complètes? Vont-ils la répudier? Ne jamais plus la prendre au sérieux? Pourtant, il le faut, car ce soir-là, il n’y a rien de plus qu’elle puisse assurer. Elle quitte donc la cuisine et, bravement, franchit le seuil du salon où les deux, ignares, vaquent à leurs occupations.

La mère: Les enfants…?

Les enfants:……Oui?

La mère, avec un fil de voix: Est-ce que ça vous dirait si…euh…ce soir…euh…on mangeait…(en retenant son souffle) du chocolat chaud et…des tartines?

Les enfants, interloqués: …

La mère, s’inquiétant:…?

Les enfants, se regardant puis la regardant: …??

La mère, paniquée:…??

Les enfants, en chœur: ……ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!! Super, maman, merci!! Tu es la plus chouette des mamans!!

** Rideau **

Note de l’auteur: C’est ainsi que le diable s’invita à leur table et ce fut tellement drôle de lâcher prise pour un soir et ne manger que du régressif/non-prise-de-tête qu’il décidèrent de le réinviter à chaque fois que le père de famille n’était pas là. Bonheur! Mais shut, ne dites rien surtout, c’est leur petit secret.

Belle semaine, chers amis, être parent ça vous en fait des émotions, n’est-ce pas?

* En photo: les restes d’un de ces dîners diaboliques, carrément un yummissime gâteau autrichien prénommé Sacher (génoise au chocolat, fourrage abricot, nappage au chocolat amer). Si vous voulez le voir entier, c’est par ici. PS Bon bon, j’avoue: je crois qu’il y avait quand même une salade de fruits avec…ahhhhh…mais petite, je vous le jure!

DSC_7433

DSC_7439DSC_7428

 

The guests: the cool hairstyled, T-shirt-wearing, please-no-veggies-again Pre-teen. The ever drawing/singing/dancing messy-haired starting-to-please-no-veggie-you Little Girl. The ever-striving to serve balanced-and-organic-menus-which-the-kids-might-actually-eat Mother.

Where and when: a Parisian apartment (but it could be anywhere really), on a night where Dad’s coming home very late

Prologue: after (rather wearily) rushing from work to the Little Girl’s dance class, stopping to buy a few groceries, seeing that the Pre-teen is actually hooked off his TV/mobile phone/games console and on with his homework and the Little Girl in her bath, finally the Mother finds herself alone in the kitchen. She opens the cupboards and mouths the same universal question which echoes in so many households, near or far: what do we eat tonight

There are so many dishes she would like to eat. But not them. Sigh. There are definitely a few recipes they would love to eat (again) but not she. Sigh. On she strives to find a good-compromise-dinner ’cause tonight she’s just not into chopping/boiling/cooking for one hour just to see them pout. Nor into dragging herself to dress up again and buy Chinese noodles at the store in front. Call it a bad night, even the cupboard refuses to deliver the good ingredients (you know that too, don’t you? Cupboards are wistfull beings who love to hide That very tomato sauce you had just (ahem) bought ). The Pre-teen and the Little Girl don’t know it but, in their own kitchen, a little drama is going on.

There, at a loss for inspiration/ingredients/strenght, the Mother finds herself raving against her will about a fiendish dinner, something totally against all of her balanced-dinner principles. Something (oh no! oh my!) which would take five minutes to whip up and would carry so little vitamins that the mere thought makes her quiver. HAHAHAHAH fiendish laughter! Yet, that dinner is just what she needs. She wants it and to hell with the rest. 

But, the kids must be told. Ah. Her enthusiasm drops to the ground. How can she propose « that » to them after a life time of claiming the vertues of whole foods? Will they ever want to speak to her again? Or just ever take her seriously again? Yet, she must ’cause that’s the best she can handle right then. So, bravely, she heads for the living room where she hears them play merrily. 

The Mother: Kids…?

The kids:…Yes?

The Mother, whispering: Would you…well…ahem…like to…well…have…(holding her breath) hot chocolate and…toast for dinner?

The kids, puzzled: ………

The Mother, worrying:…?

The kids, looking at each other then back to her: …??

The Mother, panicking:….??

The kids, in unison: ……yeeeeeeeeeessssss!! Oh mummy thanks!! You are the best mom EVER!!

** Lights out **

PS That’s how the devil came to share their table and it was so fun to let go for once and enjoy some extra sugar-love, pure-delight dinner that they invited him to come back once a week, when Dad’s not there. Happiness! But hush, don’t tell anyone, it’s their little secret, you know. 

Have a nice and sweet week friends, parenting equals no shortage of emotional roller-coasters doesn’t it? 

*Above, pics of what’s left from one recent fiendish dinner with a yummy Sacher cake (moist chocolate cake, apricot filling and dark chocolate topping) uhmmm…Should you care to see it whole, it’s over here. PS all right, all right, there might have been some fruit salad to serve along, but a little one, I swear…!

Chez Louisette

J’aime les bistrots, les vrais. La bonne cuisine de grand-mère. L’atmosphère familiale et sans chichis qu’on y respire. Inutile de dire qu’à Paris, hélas, ça devient de plus en plus une denrée rare. Parfois, on en trouve mais c’est juste une mascarade pour touristes – genre pied de cochon à 28€ ma p’tite dame.

Du coup, devant l’affiche à l’ancienne de Chez Louisette, aux Puces de Saint-Ouen, on espérait mais on avait aussi peur d’être déçus (oh combien de fois ça nous est arrivé, dans des endroits superbes, de se voir proposer l’énième entrecôte-frites (surgelées) alors qu’on rêvait de plats mijotés). Mais, il se faisait tard, on avait faim, du coup on est entré et…on n’a pas été déçu; les prix sont un peu élevés pour une vraie cuisine de bistrot, c’est sûr, mais les plats sont traditionnels pour de vrai (lapin à la moutarde, bœuf bourguignon etc), la déco est un bric à brac joli comme il faut et surtout (surtout), quelle gentillesse, quel accueil!

Un vrai bonheur.

Belle soirée les amis, si vous connaissez de bonnes adresses « bien sincères » n’hésitez pas à les partager!

DSC_7367

DSC_7403

DSC_7393

DSC_7405

DSC_7404

DSC_7364

DSC_7369

I love true French bistrots. Their granny’s recipes. Their cozy and joyful atmosphere. Needless to say, they’re less and less easy to find in Paris unfortunately. Well, sometimes you find some but they’re just tourists booby traps with 28€ pork-foot specialties if you please.

Therefore when we spotted the lovely « Chez Louisette » at Saint-Ouen’s flea market last week end we were eager to give it a try but also afraid of being disappointed ( because, I can guarantee you, it has happened to us quite a few times to be in beautiful spots dreaming of traditional stews, just to end up with the usual frozen French fries (ouch). But, it was getting late, we were hungry, so on we went. And we were not disappointed. True, prices were a bit high by bistrot standards but the dishes were traditional indeed (bourguignon beef, mustard-sauce rabbit etc). The interior decoration was a typical  miscellaneous of kitch and spare. But most of all, what a warm welcome, what a rare kindness! 

True bliss.

Have a nice evening friends. If you know some good, honest, traditional spots in Paris, do not hesitate to share them! 

*All pics by Mylittledelights except the last one, by MonsieurDo

Hibernate

J’avoue, je n’ai jamais aimé l’hiver. Pas tellement à cause du froid, mais des journées si courtes. Sortir le matin quand le soleil ne s’est pas levé et rentrer qu’il fait déjà nuit, a longtemps eu le pouvoir de me déprimer profondément. J’aurais tellement voulu pouvoir juste hiberner, comme plein d’animaux le font, et me réveiller au printemps. Ne pouvant pas,hélas,pendant des années je me résignais à traverser péniblement ces mois, en comptant les jours comme en apnée.

Depuis un an ou deux, ça va un peu mieux, progressivement. Je redoute moins de me retrouver aussi souvent dans le noir. Je commence à accepter et même apprécier de rester à la maison, au chaud, à faire des activités différentes de celles que je préfère dans d’autres saisons. Petit à petit, je sens le rythme de cette quatrième saison qui vient clore le cercle des 3 autres. La beauté et le sens de cette alternance de lumière/obscurité, chaud/froid, dedans/dehors, à laquelle avant je n’arrivais pas à m’accommoder.

Ce n’est pas un hasard, sans doute, si c’est justement cette année qu’Hibernate a croisé mon chemin. Pendant un mois, on se retrouvera chaque jour sur le site dédié, selon un thème différent: nourrir, se recueillir, renouveler, créer, se reposer. Tout ça me parle. Dans cet espace d’échange virtuel, on fait des rencontres bien réelles; on réfléchit ensemble, on apprend des choses, on peut en partager d’autres. Ceci est un temps pour souffler, pour laisser aller. Mais aussi, pour se retrouver.

Je vous souhaite une belle semaine, chers amis, que vos journées soient douces.

(Si jamais Hibernate vous parle, je crois qu’on peut s’inscrire en cours de route, allez voir…)

image

I’ve never liked  winter time. Not the cold really but its short days. Having to go out  and come back home in the dark really had the power to depress me. I wished I could hibernate and wake up in spring. Not being able to do so I would drag myself along those winter months, sort of holding my breath.

Ever since last year or so, this affliction is getting better. I’ve become less scared of being so often under a dark sky. I’m getting to appreciate being at home where it’s cozy and warm doing different things from the ones I would do in other seasons. Slowly but surely, I’m beginning to feel the particular rhythm of this fourth season among the three others. The beauty and meaning of this darkness/light, inside/outside, cold/warm opposition I couldn’t give in to before.

Surely it’s not by chance that this year around I’ve stumbled upon the Hibernate online retreat. During the next four weeks, we will meet each day on the dedicated website under a special theme: nourish, gather, renew, reate, rest. This speaks to me. On this virtual space we meet among real people. We learn, we share, we exchange thoughts and ideas. This is a time for letting go and breathing out. For gathering. I get it now.

I wish you all a lovely end of the week friends, may your winter days be warm inside.

(if you want to participate to Hibernate, I think you can still enroll, go give a look)

Un bon pour – A coupon for

image

Il y avait, parmi les cadeaux cachés dans le calendrier de l’Avent, un bon cadeau par enfant, valable pour un gâteau de leur choix. L’idée m’est venue en cherchant des petits cadeaux faits maison et qui puissent tenir dans les boîtes origami. Pourquoi pas leur offrir un peu de mon temps, rien que pour eux. Et puis, c‘était un peu un clin d’œil parce que faire la pâtisserie ensemble, c’est un de nos passe-temps préférés. C’était un pari et j’étais donc ravie de les voir tout fiers de ce moment qui leur était exclusivement dédié!

Gabriele a choisi un brownie, son dessert préféré dans l’absolu, je crois, (hélas je n’ai pas eu le temps de le prendre en photo); Chiara, un crumble aux pommes, comme on en avait cuisiné ensemble peu de temps auparavant, avec les bonnes pommes de l’AMAP. J’avoue avoir un petit faible pour ce dessert en automne/hiver; les fruits tendres, les miettes croustillantes…uhmmm…avec un bon thé,c’est un vrai régal. La bonne nouvelle pour ceux et celles qui ne doivent (ou ne veulent pas) manger de laitages et/ou du gluten est qu’on peut s’en passer sans problèmes; pas belle la vie?

Pour réaliser ce crumble express il vous faudra:

5-6 pommes

200 g de farine de blé (ou riz et châtaigne pour la version sans gluten)

200g de cassonade

200g de beurre (ou bonne margarine)

de la vanille en gousse ou en poudre

du sirop d’érable

quelques petites graines à saupoudrer, si vous aimez

***

Laisser ramollir le beurre/margarine à température ambiante. Préchauffer le four à 180°. Confectionner les miettes avec la farine, le sucre, la vanille et la cassonade. Réserver. Découper les pommes en petits dés. Les repartir dans les ramequins, arroser avec un filet de sirop d’érable et recouvrir avec les miettes. Faire cuire pendant 30-40 minutes, jusqu’à ce que bien caramélisé. Si jamais vous avez trop de miettes, ne les jetez surtout pas! Faites-les cuire 10-15 minutes sur une plaque de cuisson, en remuant de temps en temps. Vous obtiendrez un délicieux granula maison.

Régalez-vous!

image

Among the presents I put inside our Rainbow origami calendar there were two coupons, one for each child, for a dessert of their choice. I came up with the idea when looking for inspiration for homemade and suitable-for-the-origami-boxes little gifts. Why not offer them a little bit of my time, just for each of them, for one of our favorite activities together. It was a bet and I was very happy to see them thrilled to have that special moment.

My son chose a brownie, probably his favorite dessert of all (but I wasn’t quick enough with my camera). My daughter chose an apple crumble, as the one we had baked a few weeks before with the organic apples we had plucked ourselves. I must confess I’m a bit of a fan of crumbles in the fall and winter. Those yummy fruits, the crunchiness on top…uhmm…with a nice cup of tea, it’s just heaven on earth. And the good news if you have to (or want to) avoid dairy and/or gluten is that you totally can with this recipe. Isn’t it great?

To make this quick apple crumble you will need:

5-6 apples

200 gr wheat flour (or rice and chestnut for the gluten-free version)

200 gr raw sugar

200 gr butter (or good margarine)

some vanilla extract

maple syrup

some seeds to top if you like

***

Let the butter soften outside the fridge for half an hour at least. Pre-heat your oven at 180°. Make the crumbs with the flour, sugar, vanilla and softened butter/margarine. Set aside. Cut the apples in small dices and divise them among the ramekins. Pour some maple syup. Top with the crumbles and bake for 30-40 minutes until well caramelized. If you have some crumbles left, don’t throw them away! Put them on a baking sheet in the over, let them roast for 10-15 minutes, and  you’ll have a yummy homemade granola.

And now, enjoy!

This moment #2

* Ce moment là*

Un rituel hebdomadaire, inspiré de la rubrique de SouleMama: une photo spéciale, sans (ou parfois avec) commentaires. Un arrêt sur image sur un petit grand bonheur, du quotidien ou extra-ordinaire, que j’ai envie de chérir et garder hors du temps. Si vous avez envie de faire pareil, insérez votre lien dans un commentaire pour que tous puissent le voir.

image

*This moment*

A weekly ritual, inspired by SouleMama’s blog. A special picture, without (or sometimes with) subtitles. A unique, everyday or extra-ordinary  delight that I want to record and cherish. If you wish to do the same, do share your link in a comment for all to see.